Alfa Romeo Racing : Présentation du constructeur, pilotes et objectifs

L'écurie Alfa Romeo a été présente sporadiquement dans les paddocks de Formule 1, elle a gagné les deux premiers championnats du monde des constructeurs en 1950 et 1951 et reste ainsi une écurie historique. Mais depuis, elle n'a jamais joué les premiers rôles et aujourd'hui, elle ne se bat que dans le bas de tableau.

Alfa Romeo Racing : Présentation du constructeur, pilotes et objectifs

En 2019, l'écurie Alfa Romeo Sauber F1 change de nom pour devenir l'écurie d'une marque : . L'Alfa Romeo semble être la meilleure des mauvaises voitures du paddock. Elle est plus rapide qu'une Williams ou qu'une Haas, mais elle reste bien loin en termes de performances d'une AlphaTauri. Il est déjà difficile de voir cette écurie dans les points, il faudrait donc un miracle pour la voir occuper une place sur un podium.

Le seul coup d'éclat de ces Alfa Romeo contemporaines remonte au Grand Prix du Brésil 2019, ou les monoplaces terminaient à de superbes 4ème et 5ème position. Depuis, l’écurie de Frédéric Vasseur a régressé et ne lutte jamais pour de gros points.

Les pilotes d'Alfa Romeo


Alfa Romeo Racing peut compter sur le champion du monde Kimi Räikkönen pour amasser de petits points. Doyen du paddock présent en Formule 1 depuis 2001, ayant conduit contre deux générations de Verstappen et de Schumacher, il est logiquement recordman du nombre de Grand Prix disputés. Le Finlandais est un monstre d'expérience et démontre dès qu'il le peut qu'il est toujours bien rapide, et doué en course, comme peut en témoigner son départ fulgurant à Portimão en 2020.

Ses détracteurs peuvent pointer son âge du doigt, Kimi leur répondra toujours sur la piste. Chaque saison de Kimi Räikkönen pourrait bel et bien être la dernière mais ce dernier aime toujours piloter et compte bien rester le plus longtemps possible sur le paddock. S'il venait à partir, il est évident que ses diatribes radiophoniques manqueront tout autant que son talent au monde de la F1.

Il semble que l'écurie italienne ait la tradition de compter au moins un pilote italien dans ses rangs. Giuseppe Farina, Bruno Giacomelli, Andrea de Cesaris, Riccardo Patrese, et aujourd'hui Antonio Giovinazzi illustrent cette règle. L'Italien arrive en F1 en 2017, lorsqu'il remplace Pascal Wehrlein chez Sauber pour deux courses en fin de saison.

En 2019, il est signé chez Alfa Romeo Racing, certainement pour perpétuer cette tradition de pilotes italiens. Cependant, il assure son rôle et n'est que rarement décevant. On le voit commettre de temps à autre des erreurs de jeunesse mais lorsqu'il il y a des points à aller chercher, il est généralement présent.

Ce duo de pilotes semble être le plus équilibré du plateau, les deux étant restés sur une égalité avec 4 points chacun sur la saison 2020. Ils s'entendent à merveille et sont ouvertement amis, ce qui aidera certainement l'écurie à progresser. Alfa Romeo a tout à gagner à conserver ce duo de pilotes complémentaire encore quelques saisons.

Conclusion sur Alfa Roméo


Sur cette dernière saison avant le changement de réglementation, l'écurie aura pour objectif de finir devant Williams et Haas au championnat constructeurs. L'écurie semble peu ambitieuse et il est difficile de l'imaginer, en 2022, tirer profit des nouvelles règles pour changer de rôle et jouer des podiums.